Congrès Hypnose Montpellier 2019

Interview du Dr Isabelle NICKLES au 11ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves

Dr Isabelle NICKLES, Formation Hypnose à Montpellier
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

11ème forum de la confédération francophone d'hypnose et thérapies brèves, la CFHTB qui se déroule à Montpellier au corum du 1er au 4 Mai de cette année 2019.

Comment l’hypnose est-elle utilisée en milieu médical ?

alors en milieu médical on pourrait le classifier comme ça: il y a une utilisation de l'hypnose médicale c'est-à-dire du processus qui est un processus cérébrale neuropsychologique on pourrait dire comme ça, dans le domaine de l'anesthésie c'est à dire dans le domaine des techniques de soins pour accompagner du soin

Alors là on va utiliser effectivement ce processus hypnotique comme une réalité virtuelle au lieu effectivement que le patient passe dans sa tête un film catastrophe, anxiogène, qu'est ce qu'on va me faire ? Qu'est ce que je vais ressentir ?

On lui permet de s'évader dans un ailleurs plutôt agréable, dont on sait après que le corps va sécréter les molécules qui vont permettre une meilleure récupération, une meilleure cicatrisation. Voilà donc ça c'est vraiment un petit peu comme une utilisation d'une réalité virtuelle, au lieu « de penser à quelque chose de douloureux et désagréable, je vais penser à quelque chose d’agréable ». On doit jouer sur la mémoire effectivement.

Et puis après il y a toute l'utilisation dans le champ de la médecine, sur et en dehors de la technique de soin pour effectivement prendre en charge soit en psychothérapie les phénomènes effectivement, tout ce qui va être émotions des qu'en fait il y a une émotion qui va nous poser un problème nous allons effectivement aider les gens à revisiter, réhistoriser, redonner du sens et puis surtout du vécu parce que autant effectivement c'est le thème aussi de notre forum, l'hypnose aux frontières du réel, et j’ai voulu ce titre là, pour montrer qu'effectivement nous sommes à l'interface entre l'imagination, qui va nous permettre effectivement de mettre en image en virtuel et après effectivement de le concrétiser dans la réalité du corps et c'est ça qui est intéressant. C’est cette concrétisation corporelle qu’on à de l'hypnose. Alors là, ça va effectivement de toutes les maladies chroniques, soit pour effectivement travailler sur les émotions, soit pour accompagner et pour faciliter, pour suggestionner des capacités naturelles et physiologiques du corps humain.

L’Hypnose médicale occupe-t-elle toute la place qu’elle mérite ?

Alors oui, elle prend de plus en plus la place qu'elle mérite, elle mérite un petit peu plus de recherches scientifiques et effectivement de facilitations à son utilisation dans les grandes structures, mais maintenant on peut presque se demander quelles sont les structures médicales qui n'utilisent pas l'hypnose de façon très visible et facile. Donc, il y a vraiment oui de toute façon, une diffusion massive dans son utilisation dans le milieu médical.

 


Hypnose médicale et récréative: quelle est la différence ?

Autant nous pouvons utiliser le processus hypnotique à visée comme vous le dites, récréative, de music hall, d’hypnose de rue, où là effectivement ce qu'on va rechercher, c'est le côté sensationnel, c'est un petit peu l'ordre à la soumission.

On va chercher effectivement des personnalités qui vont accepter de se jouer à un ordre.

En milieu médical on n'est pas du tout dans cette thématique là, nous utilisons l'hypnose non pas chez les gens les plus suggestionnables, mais pour tous les patients. Nous ne pouvons pas trier ceux qui vont réussir à faire de l'hypnose ou pas. C’est un processus naturel et là effectivement c'est comment nous utilisons ce processus pour favoriser des meilleures réponses physiologiques. Voilà donc il y a vraiment, et c'est effectivement un processus humain dans les deux cas, mais le domaine d'application, les techniques employées, surtout l'intention, et l'intention n’est pas du tout la même.