Formation en Hypnose à Paris: interview de Laurent Gross

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

- Aujourd'hui, il y a pléthore de formations en Hypnose pour les professionnels de santé et il est bien difficile de choisir un parcours.
Pouvez-vous nous expliquer comment cela se passe dans votre institut de formation ?

- Effectivement, lorsque vous êtes professionnel de santé, il est souvent difficile de faire un tri dans la multitude de formations proposées en hypnose.

Une chose est sûre, il faudra s’orienter dans une formation ne comprenant que des professionnels de santé, et dont les enseignants sont eux-mêmes des soignants. Et de préférence, des enseignants avec des années de pratique.

Dans notre institut, dont Philippe AÏM, psychiatre et psychothérapeute est le responsable pédagogique, vous aller pouvoir orienter votre parcours en fonction de votre profession et de vos envies. 

Certains praticiens vont être intéressés par la notion d'hypnose médicale, et vont pouvoir travailler sur la douleur aiguë, sur la douleur chronique, sur l'anxiété du patient, sur le stress pré et post-traumatique, sur certaines addictions et donc, vont s'orienter vers le parcours hypnose médicale. Et dans ce parcours on va surtout retrouver des médecins généralistes, des urgentistes, des anesthésistes-réanimateurs, des infirmier.e.s, des kinésithérapeute, ostéopathes, ergothérapeutes.

Et puis Il y aura d’autres des praticiens qui seront plus intéressés par l'aspect thérapeutique, hypnothérapeutique; on va retrouver dans ce parcours, des psychiatres, des psychologues, des psychothérapeutes, des médecins généralistes mais plus intéressés par les aspects psychologiques et thérapeutiques, des infirmiers en psychiatrie, des orthophonistes, et toutes les professions de santé qui sont confrontées à ces aspects relationnels et psychothérapeutiques et qui ont envie d'entrer dans ce parcours hypnothérapie.

- Donc des formations différentes en hypnose ?

- Non, parce que la base de la formation, la base de ce qu'on est censé apprendre, repose vraiment sur l'hypnose, l'apprentissage de base au CHTIP Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris, c'est d'apprendre l'hypnose. Et cette formation est commune aux 2 parcours, et constitue la 1ère année de formation. Que ce soit dans le parcours « hypnose médicale » ou « hypnothérapie », la base d’apprentissage sera la même.

Cette 1ère année de formation en hypnose est composée de 2 parties dans l'année: il y a une partie des Bases de l'Hypnose et il y a une partie de notions d'Hypnose Avancée pour avoir une formation en une année, la plus complète possible et la plus large possible pour avoir des bonnes bases pour la suite.

- Et ensuite ?

- Ensuite, c'est à partir de là, que les parcours vont se différencier:

Les praticiens qui auront opté pour le parcours Hypnothérapie vont pouvoir entrer dans l'année consacrée aux Thérapies Brèves.

Cette année là, consacrée aux thérapies brèves, sera basée sur l'apprentissage des modèles de thérapie, comme la Thérapie Narrative, la Thérapie Orientée vers la Solution. Toutes ces thérapies qui sont en fait inspirées, et compatibles avec l'hypnose ericksonienne telle qu'on la pratique.

Et puis par la suite, avec une formation en hypnose et une formation en thérapie brève, ils pourront entrer dans la troisième année, les Thérapies Intégratives.

La thérapie intégrative qui consiste à intégrer au sein d'une même prise en charge, de l'hypnose, des thérapies brèves, des mouvements oculaires de type EMDR - IMO au service des problématiques variées que peuvent rencontrer nos patients, des douleurs chroniques au psycho traumatisme, en passant par les dépressions, les addictions et autres.

- Et ceux qui auront pris le parcours Hypnose Médicale ?

- Les praticiens qui sont dans le parcours hypnose médicale, vont continuer avec les modules complémentaires.

Il y a des modules complémentaires sur la douleur aiguë ou à la douleur procédurale, celle qu'on fait dans les gestes douloureux,
des modules complémentaires qui sont consacrés à la douleur chronique
des modules complémentaires qui sont consacrés par exemple au travail avec le mouvement qui est un module qui peut particulièrement intéresser les kinésithérapeutes et les ostéopathes, 
des modules consacrés aux troubles du langage et qui intéresseront les orthophonistes,
des modules qui sont consacrés aux addictions, au tabac,
des modules complémentaires sur des pratiques un peu transversales: l'autohypnose par exemple, l'hypnose non verbale etc...

Et puis bien sûr dans ces modules complémentaires, il y a aussi des Masterclass, des Supervisions qui sont faites avec des praticiens expérimentés, chevronnés, qui ont une grosse expérience clinique, un certain recul clinique et aussi dans l'enseignement, et qui peuvent aider les thérapeutes à se perfectionner sur des outils spécifiques. 

Tout cela se passe sous forme de modules complémentaires, un petit peu à la carte, que les praticiens peuvent choisir pour se faire un profil de formation sur-mesure, qui corresponde vraiment à leurs pratiques.

Bien entendu, les personnes qui ont fait la formation avec les thérapies brèves, les thérapies intégratives, ont également accès à tous les modules complémentaires pour encore plus se sur-spécialiser.

- Vous évoquez les supervisions...

- Oui, pour nous les Supervisions, sont obligatoires. C'est un moment privilégié pour les étudiants, d'apporter les cas cliniques qui ont pu poser problème. Les superviseurs sont des praticiens qui ont au moins 10 ans de pratique quotidienne, ont vu des milliers de patients, conférenciers pour la plupart au sein des congrès d'hypnose, de thérapies, des congrès médicaux, comme ceux de la CFHTB. 

Donc vraiment je pense que c'est l'occasion d'avoir une formation la plus complète possible, la plus variée, et aussi la plus précisément possible, adaptée à la pratique de chacun.